Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/136

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


particulières dont jouissent la plupart des animaux, et c’est, en même temps, une fonction organique qui s’exécute dans une cavité centrale de l’individu ; cavité qui, quoique variée dans sa forme, selon les races, est, en général, conformée en tube ou en canal, ayant tantôt une seule de ses extrémités ouverte, et tantôt l’une et l’autre.

La fonction dont il s’agit, qui ne s’opère que sur des matières composées, étrangères aux parties de l’individu, et qu’on nomme alimentaires, consiste d’abord à détruire l’agrégation des molécules constituantes et ordinairement agrégées des matières alimentaires introduites dans la cavité digestive ; et ensuite à changer l’état et les qualités de ces molécules, de manière qu’une partie d’entre elles devienne propre à former du chyle, et à renouveler ou réparer le fluide essentiel de l’individu.

Des liqueurs répandues dans l’organe digestif par les conduits excréteurs de diverses glandes placées dans le voisinage, liqueurs qui se versent principalement aux époques où une digestion doit s’exécuter, facilitent d’abord la dissolution, c’est-à-dire, la destruction de l’agrégation des molécules des matières alimentaires, et ensuite concourent à opérer les changemens que doivent subir ces molécules. Alors celles de ces molécules qui sont suffisamment changées et prépa-