Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
80
La Nymphe des Brumes

Ces sortes de discours décourageaient Xsis ; il aimait tant son jeune maître, voyez-vous !

Le printemps revint, Xsis avait espéré que la belle saison ramènerait Ivan à la santé. Il n’en fut rien, et bientôt, il dut se rendre à l’évidence : le jeune homme se mourait, lentement, mais sûrement ; de plus, il était menacé de perdre la raison. Oui, Ivan était dans un déplorable état, il parlait à peine, ou bien il marmottait des paroles incompréhensibles, et, à certains moments, il éclatait en sanglots convulsifs. Parfois, il quittait la maison, et si Xsis ne fût allé à sa recherche, il serait resté des journées entières sans boire ni manger. Se levant fort matin, il s’en allait à travers le rideau des brumes, qui semblait être presque continuellement suspendu sur l’île, depuis que le printemps était revenu.