Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
72
La Nymphe des Brumes

derrière lequel le jeune homme et son domestique se tenaient cachés.

— Jamais nous ne pourrons le rejoindre ! disait une voix.

— Il ne pourra toujours pas aller loin, dans cette brume ! fit une autre voix.

— Et nous, nous finirons par nous égarer ! Attendons à demain ; aussitôt que la brume sera levée, nous nous mettrons à sa poursuite. Le misérable assassin !

Quand ils n’entendirent plus aucun bruit, Ivan et Xsis se levèrent. S’il eut été possible d’apercevoir le visage du jeune homme, on eût pu voir qu’il était blanc comme de la chaux, que ses lèvres tremblaient et que ses yeux étaient très effrayés.

— Xsis ! Xsis ! s’écria-t-il, est-ce que vraiment je l’ai tué Fabius ?

— Hélas, Monsieur Ivan, je le crois ! fit Xsis. Un coup de poing sur la mâchoire, c’est souvent mortel. Mais, vous avez été