Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
48
Perdus sur la Méditerranée

— Mais, nous avons désobéi à nos parents ! dit Jeannine, et le bon Dieu va sûrement nous punir !

Vers les trois heures du matin, la tempête cessa, et bientôt il fit jour. Mais, dans quel état étaient les sept enfants ! Trempés jusqu’aux os, pâles, défaits ; ils faisaient pitié à voir.

Enfin, le soleil parut, et l’on vit qu’il ferait beau, mais extrêmement chaud, ce jour-là.

Avec l’apparition du soleil, les enfants reprirent un peu d’espoir, et, vers les huit heures, ils purent manger. Avec la prévoyance dont il était coutumier, Laurent, au moment où la tempête commençait, avait enveloppé d’un caoutchouc les paniers contenant les provisions, afin qu’elles ne fussent pas avariées par l’eau de mer.

À midi, le vent tomba tout à fait et la mer devint unie comme un miroir. Alors,