Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
Perdus sur la Méditerranée

— Non sans raison, s’écria Hervé ; car le voilà !


D’une manière soudaine, le vent se mit à souffler. Les flots de la Méditerranée furent secoués, et bientôt, la chaloupe contenant les sept enfants fut entraînée avec une force formidable. Sur des lames, hautes comme des montagnes, l’embarcation montait, pour descendre, ensuite, des précipices. Même Hervé, le brave, se mit à trembler de peur, et Laurent devint pâle jusqu’aux lèvres ; il comprit qu’ils étaient perdus. Car, que pouvait leur frêle chaloupe contre cette mer en furie ?


Prenant le commandement, Laurent dit :

— Couchez-vous tous au fond de la barque ; Hervé, Jean et moi, nous veillerons. Inutile de nous lamenter et de crier ; nous sommes entre les mains du bon Dieu, ayons confiance en Lui !