Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
45
Perdus sur la Méditerranée

aînés, parmi ces enfants, comprirent qu’ils étaient complètement désorientés ; ces tours et demi-tours qu’ils avaient faits, en poursuivant le poisson… Au lieu de s’approcher du rivage, ils s’en éloignaient probablement… Et, comment se guider sur cette mer ? Chaque coup d’aviron ne les éloignait-il pas, de plus en plus, de leur point de départ ? C’était évident ; oui, ils en étaient convaincus maintenant.

Alors, d’un commun accord, Laurent et Hervé cessèrent de manier les avirons ; à quoi servirait de s’épuiser, puisqu’ils étaient égarés en plein océan, à la merci de la si terrible Méditerranée !

* * *

Soudain, Guy se mit à pleurer :

— Je veux maman ! Je veux maman !

Olivette, elle aussi, se mit à sangloter.