Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
38
Perdus sur la Méditerranée

— Je t’accompagnerai, moi ! dirent en même temps Jean et Jeannine.

— Moi aussi ! Moi aussi ! s’écrièrent-ils tous, à l’exception de Laurent et de sa sœur Julia.

— Viens-tu, Laurent ? Allons, décide-toi ! dit Hervé. Vois : je vais couper les amarres.

— Viens donc ! Oh ! viens donc ! s’écria Olivette. Nous allons tant nous amuser !

— J’ai apporté deux lignes et des hameçons ; nous ferons la pêche, dit Jean, qui avait la passion de la pêche à la ligne.

— Et moi, j’ai apporté un gros paquet d’allumettes ; nous ferons cuire le poisson que nous prendrons, dit Hervé.

— Allons ! décide-toi, Laurent ! reprit Jean. Nous avons besoin de toi d’ailleurs, pour nous aider à manier les avirons.

Laurent ne résista plus ; la mer était si belle et une petite promenade, ce serait si agréable !

* * *