Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
À la Poursuite d’un Chapeau

M. l’Abbé, reprit George, j’étais dans cette maison, tout à l’heure…

— Oui, je sais ; je vous ai vu.

— Dites-moi, M. l’Abbé, comment se fait-il que ce jeune homme soit mort avec un sourire sur les lèvres ? je ne comprends pas…

— Mon enfant, répondit le prêtre, ce jeune homme est mort bien préparé ; de plus, je venais de lui administrer le Saint Viatique, qu’on nomme aussi le Pain des forts.

— Ah ! dit George.

— Vous êtes George Forester, reprit le prêtre. Je vous connais, ou plutôt, je connais votre petite sœur Viola.

— Vous connaissez Viola, M. l’Abbé ! s’écria George. La chère petite !

— Oui, je connais bien votre petite sœur ; c’est moi qui la prépare à sa première communion.

— Ah ! oui, je sais. Viola m’a parlé de sa première communion ; elle m’a même