Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
23
À la Poursuite d’un Chapeau

Oh ! ne me refuse pas ! Si tu n’étais pas là, George, cela assombrirait le plus beau jour de ma vie !

— Vraiment, petite ?… Eh ! bien, j’y serai, puisque tu y tiens tant.

— Merci, mon grand frère, merci ! s’écria Viola. Oh ! si tu savais comme on est heureux quand on va faire sa première communion ! ajouta-t-elle.

George se levait pour partir, quand Viola remarqua qu’il étrennait un chapeau.

— Tu t’es acheté un chapeau ? demanda-t-elle.

— Oui. Comment l’aimes-tu ?

— Il te va bien ! dit l’enfant. N’est-ce pas, Tante Lina, que son chapeau lui va bien à George ?

— Oui, très bien, répondit Tante Lina.

— Il me coûte assez cher, vous savez,