Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/14

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— De l’eau ! De l’eau froide ! cria Mme Forester, en s’adressant à Mlle Lina.

Et quand Mlle Lina lui eut apporté de l’eau, Mme Forester en versa sur le front du petit George, en prononçant les paroles sacramentelles :

Je te baptise au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit.

Mais l’enfant ne mourut pas ; on eût dit que les eaux du baptême l’avaient sauvé.

— Lina, dit à son amie Mme Forester, la veille du retour de son mari. George m’en voudrait à mort s’il savait que son enfant a été baptisé. Je ne lui en soufflerai pas mot.

— Au contraire, ma chère Viola, répondit Mlle Lina, moi, à ta place, je lui dirais tout ; autrement, ton enfant, qui est baptisé, ne pourrait pas être élevé dans la religion catholique.