Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/11

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

à la religion protestante, et comme les Laurentin étaient de fervents catholiques, cette différence de croyances pesait d’un grand poids pour eux.

Cependant, Viola, qui aimait éperdument George, dépérissait à vue d’œil et ses parents se laissèrent enfin convaincre, mais à une condition : c’est que, si le bon Dieu donnait des enfants à leur fille, ces enfants seraient baptisés et élevés dans la religion catholique. George Forester répondit à cette proposition comme suit :

— Viola fera de ses filles ce qu’elle désirera ; mais mes fils seront élevés dans le protestantisme.

Il fallut se soumettre, et Viola devint la femme de George Forester.

Comme si le bon Dieu eût voulu prouver aux nouveaux époux qu’il n’approuvait pas tout à fait des mariages dits mixtes, trois ans s’écoulèrent sans qu’ils eussent