Page:La Rochefoucauld - Maximes et Réflexions morales, Ménard, 1817.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PORTRAIT

DU DUC
DE LA ROCHEFOUCAULD,
Fait par lui-même, imprimé en 1658.


Je suis d’une taille médiocre, libre et bien proportionnée. J’ai le teint brun, mais assez uni ; le front élevé et d’une raisonnable grandeur ; les yeux noirs, petits et enfoncés ; et les sourcils noirs et épais, mais bien tournés. Je serais fort empêché de dire de quelle sorte j’ai le nez fait ; car il n’est ni camus, ni aquilin, ni gros, ni pointu, au moins à ce que je crois : tout ce que je sais, c’est qu’il est plutôt grand que petit, et qu’il descend un peu trop bas. J’ai la bouche grande, et les lèvres assez rouges d’ordinaire, et ni bien ni mal taillées. J’ai les dents blanches et passablement bien rangées. On m’a dit autrefois que j’avais un peu trop de menton : je viens de me regarder dans le miroir pour savoir