Page:La Nouvelle revue. v.103 (Nov-Dec 1896).djvu/724

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA

FORMATION DES ÉTATS-UNIS[1]




Depuis que la science historique a un peu étendu ses ambitions et affiné ses méthodes, qu’à la chronologie des souverains, à l’énumération des batailles, à l’analyse des traités de paix s’est substituée l’étude des grands courants populaires, des lentes évolutions ; depuis qu’en un mot, on s’est mis à chercher dans la collectivité ce principe des transformations humaines, qu’auparavant on ne croyait trouver que dans l’individu, l’Amérique est entrée dans l’histoire. Elle y est entrée, il est vrai, par une porte dérobée. L’Europe, en étudiant l’Amérique, veut réveiller l’écho de ses propres disputes, rallumer le reflet de ses pensées d’antan. Se croyant encore le centre de l’univers, elle n’envisage, dans les pays neufs, que le contre-coup des événements qui l’agitent. L’action qu’elle se flatte d’avoir exercée sur le nouveau monde l’intéresse ; non seulement elle ne songe pas que le nouveau monde a pu, à son tour, exercer une action sur elle,

  1. Ouvrages consultés : Larned, History for ready reference and topical reading ; Barne, Popular history of the United States ; W.-M. Sloane, The French war and the Revolution ; J.-F. Cooke, Virginia ; Goldwin Smith, The United States ; Bryce, The American commonwealth ; Mme de Barberey, Vie d’Élisabeth Seton ; A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique ; P. Leroy-Beaulieu, la Colonisation chez les peuples modernes ; Duc de Noailles, Cent ans de république aux États-Unis ; Claudio Jannet, les États-Unis contemporains ; R.-T. Ely, The Labor movement in America ; Von Holst, Verfassung und demokratie ; H. Dixon, New America ; général F.-A. Walker, Annales de l’American social science Association ; baron Hyde de Neuville, Mémoires ; C. de Varigny, les États-Unis, esquisses historiques ; W.-P. Johnston, Life of general Albert-S. Johnston ; F. Nolte, Histoire des États-Unis d’Amérique ; J. Durand, Documents on the american Revolution ; R. Frotingham, The rise of United States republic ; D.-C. Gilman, James Monroe.