Page:La Nouvelle Thérèse, ou la Protestante philosophe, 1774.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La Nouvelle Thérèse, ou la Protestante philosophe, 1774, bandeau

AVANT-PROPOS.

On ne ſera peut-être pas moins ſurpris du ton de morale qui regne dans cet Ouvrage, que de la licence avec laquelle certains endroits ſont écrits.

Perſonne n’ignore que l’âge de la jeuneſſe eſt l’âge du délire, & que c’eſt préciſément le temps, pour peu que notre conſtitution annonce du tempérament, où l’on s’abandonne avec plaiſir au néant de l’indolence & aux fatigues de la volupté.

C’eſt en vain que je voudrois me déguiſer qu’une peinture trop exacte