Ouvrir le menu principal

Page:La Nouvelle Revue - 1899 - tome 117.djvu/461

Cette page n’a pas encore été corrigée
464
LA NOUVELLE REVUE

ses mains et de ses pieds, sa position gracieuse en selle et sa taille bien cambrée. Lui se sentit détaillé et apprécié, ce qui acheva de l’exaspérer. Il prétexta une course pressée qui le forçait de continuer sa route ; on se retrouverait à déjeuner, tout à l’heure… Cela fut dit d’un ton bref, saccadé, et sans attendre de réponse, il salua et piqua des deux. Le comte d’Alluin, très surpris, se pencha par dessus la portière et le vit s’éloigner à une allure folle. « Il va se casser la tête, dit-il ; qu’est-ce qui lui prend ?… » La comtesse aussi s’étonnait, mais Éliane, radieuse, les rassura.

Rob-Roy, irrité d’avoir senti l’éperon, galopait furieusement ; Étienne savourait l’âpre jouissance de ce mouvement vertigineux, de l’air frais qui lui fouettait le visage et du danger auquel il s’exposait aux coudes brusques du chemin. Le dieu des amoureux veillait apparemment sur lui, car il ne rencontra pas la moindre charrette. Rob-Roy et son maître eurent ainsi le loisir de calmer leurs indignations respectives et quand cet effet bienfaisant se fut produit, ils se mirent au pas d’un commun accord et tournèrent à gauche dans un vallon latéral très sauvage ; un sentier solitaire et pierreux y serpentait, montant vers la forêt en évitant le village de Keravro. Étienne abandonna les rênes sur le cou de l’animal et se prit à examiner la situation avec le plus de sang-froid possible. Trois points furent acquis tout de suite : on désirait le marier à Mlle d’Anxtot — celle-ci était prévenue ou bien avait deviné ; en tous les cas elle approuvait le projet — enfin ils allaient se trouver dans un tête à tête perpétuel qui serait gênant et pouvait devenir intolérable. Que faire ? La pensée de la fuite le hanta quelques instants ; il trouverait un prétexte pour se rendre à Paris… Mais cela n’allait pas sans difficultés : le prétexte d’abord qu’il fallait vraisemblable et puis on attendrait son retour, une semaine ; quinze jours même, et alors comment s’en tirer. D’ailleurs ayant « consulté » Mary, comme il le faisait inconsciemment en toute circonstance, il découvrit que ce moyen lui déplaisait. Fuir ! Quelle lâcheté ! C’était presque un aveu d’impuissance !

Non, il ne fuirait pas ; il resterait. Il serra les genoux, s’appuya sur ses étriers et sentit la Volonté qui coulait, limpide et calme, dans ses veines.

VI

Albert Vilaret était un self made man. Ses parents — de petits cultivateurs des environs de Rennes — avaient eu sept enfants :