Ouvrir le menu principal

Page:La Nouvelle Revue - 1899 - tome 117.djvu/390

Cette page a été validée par deux contributeurs.
393
L’URGENTE RÉFORME

congrégations enseignantes suivront avec sympathie ou même dans une pensée de neutralité tolérante, une tentative dirigée contre les méthodes qui assurent à l’une comme à l’autre une influence indiscutée et qui satisfont la soif de domination de ceux qui les dirigent ? Le croire serait vraiment bien naïf. Que sont devenus Sainte-Barbe, l’École Monge, l’École Alsacienne, Juilly, Sorèze ? Que deviendrait Arcueil demain si une mort prématurée enlevait celui qui en est à la fois le cœur et la tête ? Monge est aujourd’hui un lycée comme les autres ; l’École Alsacienne en retour de la subvention qu’elle reçoit, est étroitement surveillée ; Sorèze a perdu le souvenir des audaces pédagogiques de son illustre supérieur ; Juilly n’a d’autre ressource que de se faire oublier par sa modestie. Au second plan, que d’échecs on pourrait citer, inconnus du grand public ! Ils n’ont point été essuyés d’emblée, sans résistance. Parfois la lutte a été longue et semée de péripéties qui vaudraient d’être contées et qui le seront peut-être plus tard. Ce chapitre de notre histoire pédagogique éclairerait d’un jour nouveau certains côtés néfastes de la psychologie nationale.

Ainsi la raison et l’expérience concordent pour mettre en garde l’initiative des réformateurs contre la témérité d’une semblable fondation. Leur projet n’est pas inédit. Il y a dix ans environ, il fut très fortement question de le réaliser ; l’emplacement du futur collège avait même été choisi et les conditions générales du régime scolaire longuement débattues. Mais à l’examen du budget, on recula. Il fut reconnu qu’on devait posséder les moyens de tenir pendant vingt-cinq ans au moins, dans une absolue indépendance, n’employant les recettes provenant des élèves payants qu’à une publicité indispensable dans une pareille entreprise et à l’entretien d’un certain nombre de boursiers nécessaires pour enlever à l’institution le caractère aristocratique qui la perdrait : bref on admit qu’une somme de dix millions de francs devait être préalablement réunie. Avec ce capital on pouvait espérer soutenir victorieusement le siège qui serait conduit à la fois par la routine universitaire et par la routine ecclésiastique ; on pouvait espérer dominer la calomnie, déjouer les embuches, tenir l’opinion en haleine et permettre au temps de consacrer le succès. Les dix millions ne furent pas trouvés… peut-être le seront-ils ; mais jusque-là on peut considérer la tentative comme imprudente et partant comme regrettable. Tout échec en effet, accroît la force de l’adversaire et sa confiance en lui-même.