Page:La France foutue, 1796.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

EXPOSITION

DU PREMIER ACTE.


Frédéric III, François II, Charles IV, et le duc d’Orléans, avec chacun une des femmes de l’Angleterre, se rendent sur des canapés. L’un découvre une gorge, et l’embrasse ; l’autre caresse un cul, après avoir troussé sa branleuse jusqu’à la ceinture ; le troisième met le con de la sienne bien à découvert, et le patine. D’Orléans est une main sur la gorge, l’autre sur les reins, et fait langue-fourrée. Les branleuses sont debout, ou assisses sur un genou de celui qu’elles branlent, suivant leur position.

L’Angleterre est au milieu, sur un lit de repos : elle s’y couche, lève ses jupes jusqu’à la ceinture, et sa branleuse s’évertue sur son clitoris. L’Angleterre branle le bout du teton de sa branleuse, qui tient aussi ses jupes troussées, et l’Angleterre lui chatouille le con avec l’orteil.