Ouvrir le menu principal

Page:La France foutue, 1796.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

AVIS.


      Si quelque galant fouteur
Veut sans faire rougir la femme la plus sage,
Lui donner en secret ce galant couillonnage ;
      N’en pouvant être le lecteur,
      Qu’il le laisse, sans rien dire,
Sur sa toilette, ou bien dans son boudoir.
Faisant semblant de rien appercevoir,
Modestement elle le saura lire ;
Peut-être aussi Lisette le lira,
Mais à la même place il le retrouvera.



----