Page:La Bruyère - Œuvres complètes, édition 1872, tome 2.djvu/363

Cette page n’a pas encore été corrigée


blesser, pas même en effleurer la liberté, par une importune sollicitation. J’avais d’ailleurs une juste défiance de moi-même, je sentais de la répugnance à demander d’être préféré à d’autres qui pouvaient être choisis. J’avais cru entrevoir, Messieurs, une chose que je ne devais avoir aucune peine à croire, que vos inclinations se tournaient ailleurs, sur un sujet digne, sur un homme rempli de vertus, d’esprit et de connaissances, qui était tel avant le poste de confiance qu’il occupe, et qui serait tel encore s’il ne l’occupait plus. Je me sens touché, non de sa déférence, je sais celle que je lui dois, mais de l’amitié qu’il m’a témoignée, jusques à s’oublier en ma faveur. Un père mène son fils à un spectacle : la foule y est grande, la porte est assiégée ; il est haut et robuste, il fend la presse ; et comme il est près d’entrer, il pousse son fils devant lui, qui sans cette précaution, ou n’entrerait point, ou entrerait tard. Cette démarche d’avoir supplié quelques-uns de vous, comme il a fait, de détourner vers moi leurs suffrages, qui pouvaient si justement aller à lui, elle est rare, puisque dans ces circonstances elle est unique, et elle ne diminue rien de