Page:La Bruyère - Œuvres complètes, édition 1872, tome 2.djvu/362

Cette page n’a pas encore été corrigée


mence du ciel et des saisons, qu’il expose sa personne, qu’il risque une vie heureuse : voilà son secret et les vues qui le font agir ; on les pénètre, on les discerne par les seules qualités de ceux qui sont en place, et qui l’aident de leurs conseils. Je ménage leur modestie : qu’ils me permettent seulement de remarquer qu’on ne devine point les projets de ce sage prince ; qu’on devine, au contraire, qu’on nomme les personnes qu’il va placer, et qu’il ne fait que confirmer la voix du peuple dans le choix qu’il fait de ses ministres. Il ne se décharge pas entièrement sur eux du poids de ses affaires ; lui-même, si je l’ose dire, il est son principal ministre. Toujours appliqué à nos besoins, il n’y a pour lui ni temps de relâche ni heures privilégiées : déjà la nuit s’avance, les gardes sont relevées aux avenues de son palais, les astres brillent au ciel et font leur course ; toute la nature repose, privée du jour, ensevelie dans les ombres ; nous reposons aussi, tandis que ce roi, retiré dans son balustre, veille seul sur nous et sur tout l’Etat. Tel est, Messieurs, le protecteur que vous vous êtes procuré, celui de ses peuples.

Vous m’avez admis dans une Compagnie illustrée par une si haute protection. Je ne le dissimule pas, j’ai assez estimé cette distinction pour désirer de l’avoir dans toute sa fleur et dans toute son intégrité, je veux dire de la devoir à votre seul choix ; et j’ai mis votre choix à tel prix, que je n’ai pas osé en