Page:La Bruyère - Œuvres complètes, édition 1872, tome 2.djvu/167

Cette page n’a pas encore été corrigée


dont il est l’idole, mais qu’il laisse chez soi toutes les fois qu’il sort, et qu’il ne porte nulle part.

59 (I)

Tout le monde s’élève contre un homme qui entre en réputation : à peine ceux qu’il croit ses amis lui pardonnent-ils un mérite naissant et une première vogue qui semble l’associer à la gloire dont ils sont déjà en possession ; l’on ne se rend qu’à l’extrémité, et après que le Prince s’est déclaré par les récompenses : tous alors se rapprochent de lui, et de ce jour-là seulement il prend son rang d’homme de mérite.

60 (VIII)

Nous affectons souvent de louer avec exagération des hommes assez médiocres, et de les élever, s’il se pouvait, jusqu’à la hauteur de ceux qui excellent, ou parce que nous somme las d’admirer toujours les mêmes personnes, ou parce que leur gloire, ainsi partagée, offense moins notre vue, et nous devient plus douce et plus supportable.

6I (VII)