Page:La Bruyère - Œuvres complètes, édition 1872, tome 2.djvu/159

Cette page n’a pas encore été corrigée


attention à toutes ses paroles, on est exposé à dire en moins d’une heure le oui ou le non sur une même chose ou sur une même personne, déterminé seulement par un esprit de société et de commerce qui entraîne naturellement à ne pas contredire celui-ci et celui-là qui en parlent différemment.

40 (VIII)

Un homme partial est exposé à de petites mortifications ; car comme il est également impossible que ceux qu’il favorise soient toujours heureux ou sages, et que ceux contre qui il se déclare soient toujours en faute ou malheureux, il naît de là qu’il lui arrive souvent de perdre contenance dans le public, ou par le mauvais succès de ses amis, ou par une nouvelle gloire qu’acquièrent ceux qu’il n’aime point.

4I (IV)

Un homme sujet à se laisser prévenir, s’il ose remplir une dignité ou séculière ou ecclésiastique, est un aveugle qui veut peindre, un muet qui s’est chargé d’une harangue, un sourd qui juge d’une symphonie : faibles images, et qui n’expriment qu’imparfaitement la misère de la prévention. Il faut ajouter qu’elle est un mal désespéré, incurable, qui infecte tous ceux qui s’approchent du malade, qui fait déserter les égaux, les inférieurs, les parents, les amis, jusqu’aux médecins : ils sont bien éloignés de le guérir, s’ils ne peuvent le faire convenir de sa maladie, ni des remèdes, qui seraient