Page:La Bruyère - Œuvres complètes, édition 1872, tome 2.djvu/136

Cette page n’a pas encore été corrigée



L’on se repent rarement de parler peu, très souvent de trop parler : maxime usée et triviale que tout le monde sait, et que tout le monde ne pratique pas.

I50 (I)

C’est se venger contre soi-même, et donner un trop grand avantage à ses ennemis, que de leur imputer de choses qui ne sont pas vraies, et de mentir pour les décrier.

I5I (IV)

Si l’homme savait rougir de soi, quels crimes, non seulement cachés, mais publics et connus, ne s’épargnerait-il pas !

I52 (I)

Si certains hommes ne vont pas dans le bien jusques où ils pourraient aller, c’est par le vice de leur première instruction.

I53 (I)

Il y a dans quelques hommes une certaine médiocrité d’esprit qui contribue à les rendre sages.

I54 (I)

Il faut aux enfants les verges et la férule ; il faut aux hommes faits une couronne, un sceptre, un mortier, des fourrures, des faisceaux, des timbales, des hoquetons. La raison et la justice dénuées de tous leurs ornements ni ne persuadent ni n’intimident. L’homme, qui est esprit, se mène par les yeux et les oreilles.

I55 (V)

Timon, ou le misanthrope, peut avoir l’âme austère et farouche ; mais extérieurement il est civil et cérémonieux : il ne s’échappe pas, il ne s’apprivoise pas avec les hommes : au contraire, il les