Page:La Bruyère - Œuvres complètes, édition 1872, tome 2.djvu/134

Cette page n’a pas encore été corrigée


insipide. Ils n’hésitent pas de critiquer des choses qui sont parfaites ; il y entre de la vanité et une mauvaise délicatesse : leur goût, si on les en croit, est encore au delà de toute l’affectation qu’on aurait à les satisfaire, et d’une dépense toute royale que l’on ferait pour y réussir ; il s’y mêle de la malignité, qui va jusqu’à vouloir affaiblir dans les autres la joie qu’ils auraient de les rendre contents. Ces mêmes gens, pour l’ordinaire si flatteurs et si complaisants, peuvent se démentir : quelquefois on ne les reconnaît plus, et l’on voit l’homme jusque dans le courtisan.

I46 (I)

L’affectation dans le geste, dans le parler et dans les manières est souvent une suite de l’oisiveté ou de l’indifférence ; et il semble qu’un grand attachement ou de sérieuses affaires jettent l’homme dans son naturel.

I47 (IV)

Les hommes n’ont point de caractère; ou,