Page:La Borderie-La Bataille des Trente.djvu/10

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
la bataille des trente

Malheureusement il mourut dans l’année même. On a vu (ci-dessus, p. 509) comme il fut attaqué et massacré traîtreusement par le méprisable mercenaire Raoul de Caours au commencement d’août 1350.

La mort de Dagworth, surtout en de telles circonstances, mit à néant la mesure de justice édictée par lui. Bien plus, pour venger cette mort les chefs anglais redoublèrent de rigueur, de rapacité et de cruauté, et parmi eux se distingua par une brutalité, une férocité toute particulière, messire Robert Bembro, capitaine anglais de la place de Ploërmel :

« Si s’efforça Bembro de tout son pouoir (dit un vieil auteur d’après l’un des manuscrits de notre poème) venger la mort, de Dagorne (Dagworth) non seulement sur les gens d’armes de la partie de messire Charles, mais aussi détruisit-il les terres et les champs, et les hommes laboreux (laboureurs) et cultiveux des terres print et emmena prisonniers en sa garnison de Ploërmel, et les y tint longuement en grant captivité, sans en avoir aucune pitié…

Quelle chose voyant le sire de Beaumanoir, qui pour messire Charles de Bloys tenoit lors la ville et chastel de Jocelin atout[1] une grant garnison de Bretons, et considérant les oppressions que lesditz Anglois fesoient aux populaires qui n’avoient espace de arer[2] les terres dont eux et les gens d’armes estoient substantez et nourris, ains[3] convenoit és uns estre fuitifs de leurs propres mansions[4], et les autres estoient prins et achietivez[5], il se transporta un jour de la ville de Jocelin à celle de Ploërmel, sur le sauf conduit dudit messire Bembro, pour traiter de la délivrance desditz pouvres laboreux, et qu’ilz pussent dans leurs maisons en seurté demourer[6]. »

Aux portes de Ploërmel un spectacle étrange frappa les yeux de Beaumanoir, un flot amer de colère et de pitié gonfla son cœur. Des troupes de paysans qui n’avaient pu payer leurs rançons, étaient là

  1. Avec.
  2. Moyen de labourer.
  3. Mais.
  4. Maisons.
  5. Retenus en captivité.
  6. Pierre Le Baud, Histoire de Bretagne inédite ; Bibliothèque Nationale, ms. fr. 8266, f. 238.