Page:La Bhagavadgita, trad. de Senart, 1922.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.



AVERTISSEMENT


Cette traduction est destinée au public lettré ; elle ne devait pas s’alourdir de commentaires techniques. Les notes très peu nombreuses n’ont d’autre objet que de rendre notre texte plus accessible, même à des lecteurs peu préparés.

L’introduction est elle-même très sommaire. Les idées qui s’expriment dans la Bhagavadgîtâ sont indissolublement enchevêtrées aux doctrines les plus caractéristiques de la pensée religieuse chez les Hindous. Plusieurs seront naturellement tentés de les envisager d’un point de vue plus universel. Du moins seront-ils avertis du danger que, à exagérer la portée de ces formulés, ils courent d’en fausser le sens. Trop souvent des généralisations brillantes tirent de l’histoire, et même de documents authentiques, des conclusions que le philologue, esclave des méthodes rigoureuses, ne peut s’empêcher d’estimer trop subjectives et aisément décevantes.

Les habitués de la présente collection sont déjà familiarisés avec la transcription des mots sanscrits. Il me suffira de rappeler ici, pour lever toute hésitation de lecture, que