Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/96

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
( 80 )


dans… tes bras… Osmond était moins parlant dans l’action ; il ne lui disait rien autre chose que ma petite, ma petite reine, ma petite maîtresse, ma petite f… emme… mon… cœur… que tu es jolie… comme tu es… étroite… tiens… tiens… ma bonne… que tu me fais plaisir… je t’aimerai toute ma vie…

Par leurs transports, je comptai environ trois assauts qu’ils s’étaient donnés mutuellement, lorsqu’Abeline se plaignit d’être fatiguée… Tu ne peux point coucher ici, lui dit-elle, et il est bien tard. — Je le voudrais, ma bonne amie, mais cela m’est impossible. Depuis hier que je suis à Paris, on ne saurait à mon hôtel garni ce qui pourrait m’être arrivé ; mon neveu et mon domestique, qui m’ont laissé avec toi, pourraient penser quelque chose à ton égard. — Te reverrai-je avant ton départ pour Nantes ? — Oui, je