Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
( 54 )


qui devient toujours plus hardi, entr’ouvre sa fente blonde ; elle s’incline davantage pour se prêter à recevoir les mêmes chatouillemens que l’aimable Lisette.

Après cette scène de volupté qui se passe dans le silence du mystère ; car nous n’avions pas le temps de parler, il fut question que Lucas jouirait de Constance et moi de son amie, nous prîmes chacun un verre de liqueur ; il nous faut maintenant, nous dit ma friponne de Constance, couronner l’œuvre par l’œuvre qui doit la couronner. Viens, mon cher Lucas, je brûle pour toi, viens dans mes bras jouir de ta bonne amie ; tu reprendras Lisette après qu’elle aura fait cela avec d’Angeville, il m’en fera autant après, et nous vous reconduirons chez votre père.

Nous ne délibérâmes pas longs-temps