Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
( 32 )


droit, je relevai ses jupes et voulus me placer sur elle ; il me fut impossible elle me répondit : tu sais que je n’aime pas que l’on me contrarie, mon ami, viens, je tiens ma pa…role ; Je suis trop bonne en vérité. Je me portai debout devant ma belle[1]… ah ! mon ami… approche, en grâce je t’en prie ; je le le permets… mon cher Angeville… mais de la discrétion… ah !… Dieux… va vite — oui, ma chère, lui répondis-je, oui, ma petite Constance, ma discrétion sera le prix de ton amour… et de ma… flamme, c’est la première fois que tu me rends heureux…

Mes désirs n’étaient pas encore éteints pour leur donner leur première vigueur, je claquai légèrement les fesses de mon

  1. C’est le sujet de la première estampe, c’est ce qu’on appelle la jouissance en travers.