Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/109

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 93 )


mon espoir ; nous trouvons mademoiselle Lucile avec une femme d’environ soixante-dix ans, maigre, laide, jaune et ridée comme une panse de mouton : ce spectre vivant était pourtant la mère de ma bien aimée. Sa petite fille lui dit qui nous étions, où et comment elle nous avait vu. À quoi la vieille répondit : « Eh bien ! qu’est-ce que cela m’importe ; je vous ai déjà dit que je ne voulais point que vous m’ameniez de freluquets chez nous. Quand j’étais fille et que je fus femme, il ne venait jamais personne à la maison ». Je le crois bien, dis-je en moi-même, vous étiez assez laide pour cela.

Monsieur Julien, pour me servir, veut raccommoder l’affaire et lui conte bref le motif légitime de notre visite, il s’agit de mariage et ceci est un point d’honneur et de délicatesse. Ce n’est qu’après avoir connu positivement mes intentions et mon