Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/98

Cette page n’a pas encore été corrigée


74 LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

dans les ouvrages d'autrui que dans les nôtres. Reprenant les petits défauts d'un autre, tu ignoreras les tiens qui sont grands.

Pour conjurer cet aveuglement, établis d'abord une bonne perspective, prends en note les mesures de l'homme et des animaux ; observe en architecte la forme des édifices et que tout sur la terre présente une infinie variété de formes.

D'autant plus que tu auras bonnes connais- sances, d'autant plus ton œuvre sera louable, surtout si tu as suivi et non repoussé la leçon de la nature.

Quand tu peins, tu dois tenir un miroir plat et y regarder souvent ton oeuvre : tu y jugeras de tes erreurs ; il est bon de se lever souvent ; en s'interrompant et en revenant aux choses, on y apporte un meilleur jugem^ent.

Règle pour les jeunes peintres.

Tu regardes, en un coup d'oeil, cette page ; tu juges qu'elle est pleine de lettres diverses, mais tu ne les vois pas toutes, ni leur sens : il te faut lire mot par mot. Pour monter à un édifice, il te faut t'élever, degré à degré.

Ainsi, si tu veux posséder la connaissance des formes, commence à leur particularité et

�� �