Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/94

Cette page n’a pas encore été corrigée


70 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

Si nous reconnaissons que chacun peut juger l'œuvre de la nature, il faudra avouer que chacun peut voir nos erreurs. Car l'artiste se trompe souvent, dans son œuvre, et si tu ne le découvres en toi, regarde l'ouvrage des autres et tu tireras profit de leurs erreurs.

Sois donc curieux et patient à écouter l'opinion d'autrui : considère et examine bien si le critique a raison ou non de critiquer ; et si oui corrige ; sinon fais comme si tu n'avais pas entendu, et si tu l'estimes, prouve lui par un raisonnement en quoi il se ti'ompe.

Quel maître véritable prétendrait observer par lui-même toutes les formes et effets de la nature )

Celui-là me paraîtrait un modèle d'ign-o- rance, car ces formes et ces efïets sont d'une telle diversité que notre mémoire n'a pas la capacité de les retenir.

Donc, peintre, prends garde que l'âpreté du gain ne l'emporte sur l'honneur de l'art : la conservation de cet honneur est plus impor- tante que le prestige des richesses. Dans cet esprit et pour plusieurs autres raisons, applique-toi à donner, par le dessin de la forme démonstrative, l'invention que ton

�� �