Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/93

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI ÔQ

perfection, mais nous, sachant que la peinture embrasse toute la Création et les opérations accidentelles des hommes et tout ce que peuvent saisir les yeux, nous estimons un triste maître celui qui n'a qu'un genre.

Ne vois-tu pas la diversité infinie des choses et leurs formes ? Tout cela doit être rendu par celui qu'on appelle un peintre.

Lequel est mieux de dessiner d'après nature ou d'après l'antique .-

Qu'est-ce qui donne le plus de peine, les profils ou le modelé de la face ?

26 r.

J'ai éprouvé qu'il est utile, dans l'obscurité du lit, de se répéter les linéaments superficiels des formes étudiées et d'autres choses, pour confirmer la mémoire.

Certes, il ne faut récuser le jugement de personne, pendant que l'on peint l'homme.

Nous savons que chacun, sans être peintre, possède la notion des formes humaines et jugera bien si une figure est bonne ou si une épaule est haute ou basse, si elle a une grande bouche, un grand nez et autres défauts.

�� �