Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/88

Cette page n’a pas encore été corrigée


64 LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

22 V.

Je ne manquerai pas de mettre, parmi ces préceptes, une invention qui, bien que petite et ridicule est utile pour exciter l'imagination. Regarde sur un mur barbouillé de taches ou de pierres mélangées, tu y verras des paysages, des montagnes, des fleuves, des batailles, des groupes ; tu y découvriras d'étranges airs de paysages que tu pourras ramener à une bonne forme.

Il en est de ce mur comme du son de la cloche où tu entendras ton nom ou un vocable que tu imagineras.

Des dix offices de l'œil : clarté, ténèbres, corps et couleur, figure et position, éloigne- ment et proximité, mouvement et repos. C'est de ces offices que sera tissu ce mien petit ouvrage rappelant au peintre, avec quelle règle et de quelle manière, il doit imiter l'œuvre de la nature, ornement du monde — perspective des couleurs.

23 r.

Je donne les degrés des choses opposées à l'œil, comme le musicien donne les degrés des voix opposées à l'oreille.

�� �