Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/397

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI 373

Si tu fais un petit trou à un papier et que tu l'approches de l'œil et regarde une étoile, une petite partie de la pupille seulement opère et perçoit l'étoile avec un grand espace de ciel au loin. Si tu fais un autre trou au papier, tu verras la même étoile avec l'autre œil, et elle te paraîtra grande. Ainsi, tu vois avec tes deux yeux la même étoile deux fois, et l'une en grand, l'autre en petit.

De là vient que les grandes prunelles voient peu de jour, la surabondance de lumière empêchant la vue.

5 ^•

La nature protège l'œil de la lumière excessive en resserrant la pupille, et dans les diverses obscurités elle élargit la prunelle. La nature fait comme quelqu'un qui ferme un volet pour trop de lumière et qui, la nuit, ouvre.

��6 r.

��Si tu lèves les yeux, tu verras beaucoup d'étoiles qui paraissent très petites, quoique en réalité beaucoup plus grandes que la terre,

�� �