Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/361

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI 337

autres pour un lieu obscur avec une lumière difïuse du soir ou de temps nuageux, autre dans l'air éclairé par le soleil.

34 r.

Le soleil est chaud en lui-même par sa nature, puisque notre œil ne soutient pas son éclat. En outre ses rayons réfléchis par les miroirs convaves le prouvent : aucune chose créée ne résistera à la chaleur d'une telle per- cussion de rayon réfléchi. Et si tu dis que le miroir qui est froid jette des rayons chauds, je te réponds que le rayon vient du soleil.

34 V.

Il n'y a aucune bosse sur les branches qui n'indique la place de quelque branche qui a manqué.

35 r.

La goutte d'eau, le dévidoir, les roues qui tournent, les pierres sous l'eau, les tisons tournés en cercles ont des mouvements con- tinus, dans d'autres mouvements discontinus.

�� �