Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/360

Cette page n’a pas encore été corrigée


330 LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

32 V.

Le soleil donne esprit aux plants et vie aux plantes. J'essayai une fois de ne laisser qu'une petite racine à une courge et de la nourrir avec l'eau, cette courge conduisit à perfection tous ses fruits qui furent soixante^ courges, de l'espèce longue. Je reconnus, appliquant mon esprit avec soin sur ce phénomène vital, je reconnus, que la rosée de la nuit, par son humidité, pénétrait et nourrissait, par l'attache des grandes feuilles, la plante et ses enfants ou œufs qui ont à produire ses en- tants.

33 r.

Donc toi, peintre qui n'a pas de telles rè- gles pour échapper au blâme de ceux qui les observent, représente toute chose d'après na- ture et ne méprise pas l'étude, comme font les avides de gain.

33 V.

Souviens-toi de situer les figures en obser- vant que la lumière et l'ombre sont autres en un lieu obscur, autres pour un lieu clair,

�� �