Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/346

Cette page n’a pas encore été corrigée


-?22 LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

le luisant et la transparence apparaissent à celui-là mieux qu'à celui qui confine à la clarté. Si le soleil éclaire les feuilles sans qu'elles s'entremettent entre lui et l'œil, et sans que l'œil voie le soleil, le lustre et la transparence sont dans toute leur force. Il est très utile de faire quelques rameaux bas qui soient obscurcis et se détachent sur des verdures éclairées à quelque distance.

4 V.

Ne pas représenter les feuilles transparen- tes au soleil, elles sont confuses parce que sur la transparence de l'une porte l'ombre d'une autre qui se trouve au-dessus.

La feuille est moins transparente qui prend la lumière entre des angles plus dissembla- bles.

5 r.

Les branches basses des plantes qui font de grandes feuilles et des fruits lourds, noyers, figuiers, se dirigent vers la terre.

5 V. De la variété des figures • Le peintre doit tendre à l'universalité. On

�� �