Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/345

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI 321

Donc, toi, peintre, quand tu fais les arbres de près, souviens-toi qu'étant sous l'arbre, il t'arrivera de voir les feuilles à l'endroit et à l'envers.

A l'endroit elles seront d'autant plus azu- rées que tu les verras en raccourci, une feuille se présentera parfois une partie à l'endroit, une autre à l'envers ; c'est pourquoi tu la feras de deux couleurs.

Les lumières qui éclairent les corps opaques sont de quatre sortes : universelle, comme celle de l'air qui est devant notre horizon ; particulière comme celle du soleil, d'une fe- nêtre, d'une porte ou de tout autre espace : la troisième est la lumière réfléchie ; il y en a une quatrième qui passe par les choses trans- parentes comme de la toile ou du papier, mais non transparentes comme les verres, cristaux et corps diaphanes, qui sont du même effet que s'il n'y avait rien d'interposé entre le corps ombreux et la lumière qui l'éclairé.

4 r.

Quand un feuillage est derrière un autre,

�� �