Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/286

Cette page n’a pas encore été corrigée


202 LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

couraient en un angle, elles concourraient au point mathématique, qui est invisible, alors toutes les choses paraîtraient une, unique, et celle-ci serait indivisible ; et il n'y aurait plus d'intervalle d'une étoile à une autre. Or, l'expérience nous montre toutes les choses séparées avec des espaces proportionnés et intelligibles : et cette vertu où s'impriment les espèces des choses est, elle aussi, divisi- ble, en autant de parties, grandes ou petites, qu'il y a de simulacres de choses vues. Nous conclurons donc que le sens prend les simu- lacres qui se mirent à la surface de l'œil et puis les juge dedans ; donc, ils ne concourent pas en un point, ni par conséquent en un angle.

Ils disent que le soleil n'est pas chaud, parce qu'il n'est pas couleur de feu, mais plus blanc et plus clair. A ceux-là, on peut répondre que lorsque le bronze liquifié est plus chaud, il est plus semblable à la chaleur du soleil et que quand il se refroidit, il prend la couleur du feu.

�� �