Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/284

Cette page n’a pas encore été corrigée


200

��LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

��terre, ayant d'innombrables angles d'écueils couverts d'eau.

Pour l'air qui revêt la sphère de l'eau, les monts et vallées, il ne reste pas de vide entre la terre et l'air.

Et Platon me répond que la surface des figures qu'auraient les éléments ne seraient pas durables.

Tout élément flexible et liquide a, par né- cessité, une surface sphérique.

Une chose est haute qui s'éloigne du centre et basse qui voisine le centre. L'eau ne se meut pas, si elle ne descend et se mouvant, elle descend. Ces conceptions me servent à prouver que l'eau, qui ne se meut pas d'elle- même, a sa surface équidistante au centre du monde (en ne parlant pas des gouttes ni petites quantités qui s'attirent l'une l'autre, comme l'acier sa limaille) mais des grandes quantités.

27 v.

Des 5 corps réguliers.

Contre ces commentateurs qui vitupèrent les anciens inventeurs, qui firent les gram- maires et les sciences, et attaquent les inven-

�� �