Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/280

Cette page n’a pas encore été corrigée


2Ç6 LES MANUSCRITS DK LEONARD DE VINCI

L'eau qui s'écoulerait de cette terre décou- verte par la mer, commencerait à former des ruisseaux pour les parties basses et ceux-ci, en creusant, recevraient les eaux environ- nantes; ainsi leurs lits s'agrandiraient et après que les eaux se seraient écoulées, les conca- vités deviendraient des torrents,, au moment des pluies ; et ces eaux couleraient jusqu'à ce que leurs interpositions se fissent monticules, et que l'eau s'écoulant, ces monticules com- mençassent à se sécher et à se stratifier, par couches selon l'épaisseur des fanges, que les fleuves auraient portées dans la mer, avec leurs crues.

12 r. et V. 13 r. et v. 14 r. et v. Tournants d'eau.

��Chutes d'eau.

��I 5 r. et V.

��6 r.

��Mer d'eau. Cigognelle ou siphon.

�� �