Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/211

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI 187

est favorable que de ce qui est défavorable à leur ennemi.

Le dauphin sait ce que vaut le tranchant des nageoires de son échine et que le ventre du crocodile est tendre. Quand ils combattent, il se glisse sous lui et lui fend le ventre.

26 v.

Hippopotame. — Quand il se sent malade, il cherche une épine ou, à défaut, un débris tranchant de roseau, et frotte tant une veine qu'elle s'ouvre

Le sang de trop étant sorti, avec le limon il ferme la plaie. Il ressemble au cheval ; l'ongle fendu, la queue tordue, avec des dents de sanglier, le cou avec des crins. On peut tanner sa peau en la mouillant. Dans les champs, il entre à reculons afin de préparer sa fuite ; il a les yeux enfoncés, de grandes oreilles et se guide surtout par l'ouie.

Ibis. — Il ressemble à la cigogne ; malade, il emplit d'eau son jabot et se donne avec le bec un clyslcrc.

Cerf. — Quand il se sent mordu par larai- gnée, dite phallenge, il mange des écrevisses et se guérit.

�� �