Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/197

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI I73

15 r.

Pélicxn. — Il porte un grand amour à ses petits ; s'il les trouve tués dans le nid par un serpent il se pique mu cœur devant eux et, les mouillant avec une pluie de son sang, il les ramène à la vie.

Salamandre. — Elle affine dans le feu son écorce — Pour la vertu.

Elle n'a pas de membres nourriciers et ne prend pas souci d'autre aliment que le feu où elle renouvelle son écorce.

Caméléon. — Il vit d'air et est en proie aux oiseaux. Pour être sauf, il vole sur les nuages, et si haut, que nul oiseau ne peut le suivre.

A cette hauteur ne va que celui doué pour les cieux.

13 v.

Alepe. — Poisson ; il ne vit pas hors de l'eau.

Autruche. — Pour les armées, nourriture des capitaines ; elle change en fer sa nourri- ture et couve les œufs avec la vue.

Cygne. — Blanc, sans aucune tache, il

»7

�� �