Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/196

Cette page n’a pas encore été corrigée


l'Ja LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

Luxure. — La chauve-souris, avec sa luxure effrénée, n'observe aucune loi naturelle ; le mâle avec le mâle, la femelle avec la femelle, ils pratiquent la copulation, comme ils se rencontrent, au hasard.

Modération. — L'hermine ne mange qu'une fois par jour, elle se laisse prendre par les chasseurs plutôt que de tacher en fuyant, sa gentillesse, dans la tanière fangeuse.

12 V.

Aigle. — Quand il est vieux, il vole si haut qu'il brûle ses plumes : la nature consent à ce qu'elles se renouvellent en tombant dans un peu d'eau.

Si ses petits ne soutiennent pas la vue du soleil, il ne les nourrit pas. Qu'aucun oiseau qui tient à la vie, n'approche de son nid. Les animaux le craignent mais il ne leur nuit pas, il leur laisse les reliefs de sa chasse.

Linnerpa. — Celle-ci naît dans la grande Asie et brille si fort qu'elle enlève ses ombres. En mourant, elle conserve cet éclat et les plumes ne lui tombent jamais ; la plume qui se détache ne brille plus.

�� �