Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/195

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI I^I

Humililé. — On en voit la plus grande expérience dans l'agneau qui se soumet à tout animal. Quand on le donne pour pâture aux lions captifs, ils se soumettent à ceux-ci comme à leur propre mère, de sorte qu'on a vu les lions ne pas vouloir les tuer.

I I V.

Orgueil. — Le faucon veut surpasser les autres oiseaux de proie ; il veut être seul et maintes fois on la vu assaillir l'aigle, roi des oiseaux.

Abstinence. — L'âne sauvage, quand il va à la fontaine et qu'il trouve l'eau troublée, quelle que soit sa soif, il s'abstient de boire jusqu'à ce que l'eau s'éclaircisse.

Gourmandise. — Le vautour est si vorace qu'il irait à mille milles pour manger une cha- rogne c'est pour cela qu'il suit les armées.

1 2 r.

Chasteté. — La tourterelle ne fait jamais défaut à son compagnon et, si l'un meurt, l'autre observe une perpétuelle chasteté et ne se pose jamais sur une branche verte et ne boit jamais d'eau claire.

�� �