Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/191

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI 167

son aspect empoisonné, il se tourne vers les herbes et les plantes, et, les fixant, il les dessèche.

7 V.

Libéralité. — On dit de l'aigle, que quelle que soit sa taim, il laisse une partie de sa proie aux autres oiseaux : ceux-ci ne pouvant trouver de pâture pour eux-mêmes, font cortège à l'aigle, pour se nourrir.

Correction. — Quand le loup va autour de quelque étable et qu'il pose la patte à faux, de manière à faire du bruit, il se mord le pied pour se punir de sa maladresse.

8 r.

Flatterie. — La sirène chante si suave- ment qu'elle endort les nautoniers, monte sur les navires et tue les marins endormis.

Prudence. — La fourmi, par conseil naturel, pourvoit l'cté à l'hiver en tuant les semences récoltées pour qu'elles ne germent pas ; elles s'en nourrissent au temps prévu.

Folie. — Le bœuf sauvage hait le rouge ; les chasseurs couvrent de rouge le pied d'un arbre, le bœuf fonce et y enfonce ses cornes et alors les chasseurs le tuent.

�� �