Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/189

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI lÔ^

6 r.

Paix. — On dit que le castor poursuivi, sachant que c'est pour la vertu médicinale de ses testicules et ne pouvant fuir, s'arrête, puis après avoir fait la paix avec les chasseurs, il se détache avec ses dents tranchantes les testicules et les laisse à ses ennemis.

Colère. — On dit que l'ours, quand il va aux ruches prendre le miel et que les abeilles le lardent, il laisse le miel et, voulant se venger de toutes, il ne se venge d'aucune ; il enrage et se roulant à terre, exaspéré, il agite en vain ses pattes.

7 V.

Envie. — On dit du milan que lorsqu'il voit dans le nid ses petits trop gras, il leur donne par envie des coups de bec aux côtés et les laisse sans manger.

AUéayresse. — L'allégresse est incarnée par le coq qui se réjouit de la moindre chose et chante avec des mouvements vifs et joyeux.

Tristesse. — La tristesse se compare au corbeau, qui, lorsqu'il voit ses enfants naître tout blancs, les quitte avec les plaintes d'une

�� �