Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/180

Cette page n’a pas encore été corrigée


156 LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

60 r.

Le vent est en tout semblable à l'eau dans son mouvement.

Toute chose tend à se maintenir dans sa tendance originelle. Le cours de l'eau qui coule, contourne l'obstacle et brise sa ligne droite par un mouvement circulaire et gira- toire.

Au-cun niveau d'eau ne peut être originelle- ment plus bas que celui de la mer.

60 v.

Tous les tourbillons de l'eau sont larges au fond et étroits en dessus.

61 r.

L'eau fait en son fond ses tournoiements par un mouvement contraire à celui de la surface.

61 v. Théorème sur les moufles.

62 r.

J'appelle balance circulaire la petite roue ou poulie, avec laquelle on tire l'eau des puits,

�� �