Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/155

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI I3I

26 r.

L'eau par sa pesanteur est le second élément entourant la terre ; et la partie de cette eau qui se trouvera hors de sa sphère s'efforcera d'y retourner. Plus elle s'élèvera au-dessus de sa situation d'élément circulaire, plus elle y redescendra vite. L'eau cherche les lieux bas où elle parvient sans obstacle ; ou bien elle s'élève en vapeurs, en brouillard et retombe en pluie, parce que les menues parties du brouillard s'assemblent et forment les gouttes. Suivant les différences d'élévation, il se pro- duit divers effets savoir : eau, neige ou grêle. L'eau est combattue par le mouvement de l'air, elle s'y attache dans les corps où le froid a le plus d'action, elle prend facilement les odeurs et les saveurs.

{Pcti'/c fÎQurc sans beauté, sur les bombardes).

26 r.

Tout corps qui se meut avec rapidité semble teinter son parcours de sa propre coloration. Lorsque l'éclair déchire les nues obscures, la rapidité de sa course serpentante fait ressem- bler tout son sillon à une couleuvre lumineuse.

�� �